Menu

Vert d’hiver – Une tonalité enveloppante

4 minutes de lecture

Pieux, Montreuil sur Mer – Maison d’hôtes

Le chef cuisinier Alexandre Gauthier (La Grenouillère) fait de Montreuil sur mer une escale gourmande. Il crée dans ce village de la Côte d’Opale un parcours culinaire avec différentes étapes d’hôtellerie et de restauration. Sa nouvelle adresse Pieux est une chaleureuse maison d’hôtes de quatre chambres.
Le chef transforme cette maison de ville des années 1800 en demeure chaleureuse et accueillante où il fait bon se déconnecter.

De beaux éléments d’architecture ont immédiatement séduit le chef et sa brigade de circonstance, composée ici de Lizzie Girard, sa cheffe de projet, et Julie de Charentenay, architecte. Le trio remodèle l’architecture intérieure de la bâtisse pour façonner une maison vivante. Le papier peint de l’entrée est conservé, il sert de base colorée pour la décoration.  Des tons à la fois doux et profonds : vert d’eau, jaune lumineux, différentes déclinaisons de verts depuis les combles jusqu’au salon. Le choix du mobilier hôtelier et de la décoration fait de cette demeure est une parenthèse hors du temps.

L’ambiance y est comme à la maison, dans le salon on retrouve des plantes, livres, objets chinés et jeux de société.

Deux banquettes garnies de généreux coussins texturés se font face près de la cheminée. Il fait bon s’installer dans ces assises accueillantes pour déguster un thé ou un café. De subtiles évocations coquines, en référence à l’histoire de la rue au Moyen Âge, ponctuent le décor de façon amusante, à l’instar des ouvrages que l’on peut trouver dans la bibliothèque ou des collages aux murs réalisés à partir d’images anciennes. Dans la lumineuse salle du petit déjeuner à l’esprit bistro, la maîtresse de maison sert, le matin, un pain délicieux et des confitures gourmandes provenant de La Grenouillère, la table gastronomique d’Alexandre Gauthier située à 1,5 km de là, accompagnés de jus de fruits Émile Vergeois, de lait local ou encore de yaourts fermiers.

1, rue des Étuves. 62170 Montreuil-sur-Mer
https://www.milkdecoration.com/escale-de-gastronome/
pieux.ellohaweb.com/

5900 Buvards n°3, Jean Philippe Lagouarde, Amélie maison d’art – Galerie d’art

Jean-Philippe Lagouarde est un artiste autodidacte né en 1976. Il a fait de son appartement parisien un véritable atelier d’artiste. L’architecture intérieure y est pensée comme une œuvre d’art ouverte sur l’extérieur. Son travail répond à la notion du préalable. L’artiste rend visible son processus de création : ce qui l’inspire, ce dont l’œuvre s’imprègne, et enfin la production de l’œuvre elle-même. La démarche s’apparente à une marche sous l’influence d’un environnement, une immersion dans un paysage. Le papier découpé, superposé de manière contigüe, est imbibé d’encre monochrome verte. Le bois encadre ce paysage de verdure on peut imaginer une forêt d’automne dans le brouillard.

https://www.amelie-paris.com/fr/ & https://www.jeanphilippelagouarde-art.com/

 

tableau vertSéquences édition - détail mobilier éco-conçu matière verte 
 

Chauffeuse 01, Séquence 01, tissu Kvadrat – Relate – 991, teinte brou de noix – Mobilier

Zoom sur la courbe de la chauffeuse. Cette pièce de mobilier éco-conçu a été réfléchie pour des espaces contracts. Ce petit fauteuil vous accueille dans un espace d’attente, un salon, une chambre. Nous avons imaginé une chauffeuse confortable aux petites dimensions à placer dans vos hôtels, vos espaces de coworking, de coliving. Asseyez-vous et reposez-vous. L’arrondi du dossier et la hauteur des tourillons donnent l’inclinaison et le confort parfait à cette assise ergonomique. Avec ou sans galette d’assise, cette lounge chair prend place dans vos espaces. Vous pouvez adapter la teinte et le tissu à votre identité. Ici, le tissu Kvadrat, Relate vert s’inclut dans notre thème vert d’hiver.

 

Gwilen, sédiments marins – Matières

Gwilen est le nom du plus long fleuve breton, la Vilaine. Yann, le fondateur, a grandi sur les rives de son estuaire.
Depuis la construction d’un barrage dans les années 70, cet estuaire s’est progressivement envasé. À tel point qu’aujourd’hui, on estime qu’il faudrait extraire environ 100’000 mètres cubes de sédiments chaque année pour qu’il retrouve son aspect naturel.
Les sédiments marins s’accumulent dans les ports et cette accumulation est inévitable. En effet, lorsque le courant ralentit, les particules en suspension se déposent au fond.
Cette ressource est disponible n’importe où dans le monde, tout le long des côtes, dans tous les ports. Or actuellement, 60% de la population mondiale vit à moins de 60 km des côtes. En 2045, nous serons 75% à y vivre.

Chez Gwilen, Yann transforme les sédiments marins en matériaux pour le design et l’architecture. Développer cette ressource, c’est permettre l’utilisation locale d’une ressource disponible.
Le matériau sédimentaire peut se mouler, ce qui permet de lui faire prendre de multiples formes. Il est aussi possible de le teinter avec des pigments naturels, directement ajoutés au matériau lors du coulage. Il est ainsi teinté dans la masse ce qui lui donne cette profondeur de ton.
Gwilen, c’est le développement d’un matériau qui utilise des ressources locales tout en répondant à un enjeu environnemental.


https://www.gwilen.com/ 

Partager

Facebook
Instagram
LinkedIn

À lire aussi

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Formulaire de contact

Vos informations*
RGPD*